billets:2021:0520pierre_bayard_comment_parler_des_livres_que_l_on_n_a_pas_lus

Pierre Bayard, Comment parler des livres que l'on n'a pas lus?

L'étude des différentes manières de ne pas lire un livre, des situations délicates où l'on se retrouve quand il faut en parler et des moyens à mettre en œuvre pour se sortir d'affaire montre que, contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible d'avoir un échange passionnant à propos d'un livre que l'on n'a pas lu, y compris, et peut-être surtout, avec quelqu'un qui ne l'a pas lu non plus.

Un excellent bouquin qui, s'appuyant sur de grands classiques, montre bien que l'art de la lecture n'a rien à voir avec une approche quantitative.

Oscar Wilde, dans To read, or not to read, a eu cette jolie phrase : “Pour apprécier la qualité et le cru d’un vin, point n’est besoin de boire tout le tonneau.”. Et du même auteur, la fort drôle : “Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer”.

La plupart des échanges sur un livre ne portent pas sur lui, malgré les apparences, mais sur un ensemble beaucoup plus large, qui est celui de tous les livres déterminants sur lesquels repose une certaine culture à un moment donné. C’est cet ensemble, que j’appellerai désormais la bibliothèque collective, qui compte véritablement, car c’est sa maîtrise qui est en jeu dans les discours à propos des livres. Mais cette maîtrise est une maîtrise des relations, non de tel ou tel élément isolé, et elle s’accommode parfaitement de l’ignorance d’une grande partie de l’ensemble.

  • billets/2021/0520pierre_bayard_comment_parler_des_livres_que_l_on_n_a_pas_lus.txt
  • Dernière modification: 2021/05/20 13:00
  • de radeff